Cet été, Des Mots et Des Arts a le plaisir de vous faire découvrir la Tour Saint-Jacques à l'occasion d'une ouverture exceptionnelle!

Teaser image1

Bâtie au début du XVIème siècle, la Tour Saint-Jacques, qui s'élève en plein cœur de Paris, fut autrefois la clocher de l'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Vendue à la Révolution comme carrière de pierres, l'église fut détruite. Seul son clocher fur préservé. A l'état d'abandon, il devient cependant le terrain de travaux scientifiques. 

L'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie
Les fouilles réalisées sur le site de l'église en 1852 permettent de découvrir les traces d'une chapelle primitive, datant du Xème siècle. La corporation de la Grande Boucherie ayant contribué aux transformations de l'église, elle prend le nom de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. On trouve les premières traces de cette dénomination à partir de 1259.
L'église continue de s'agrandir aux XIVème et XVème siècles grâces aux dons de corporations de particuliers.  Plusieurs donateurs contribuent à l'agrandissement de l'église au cours de siècles et à ses remaniements successifs. On compte parmi eux Nicolas Flamel qui fait construire un portail au Nord de l'église sur lequel lui et sa femme sont représentés, à genoux devant la Vierge. Cette illustre personnalité du XIVème siècle est un écrivain, érudit et généreux: on le croit alchimiste. Sa maison se trouve à proximité de l'église qui possède des logettes d'écrivains publiques contre ses murs. Il y est enterré en 1418.

Construction et devenir du clocher
En 1501, on décide de remplacer l'ancien clocher de l'église datant du XIIIème siècle. Les travaux démarrent en 1508, sous la direction du Maître Jehan de Félin et durent 14 ans? De style gothique flamboyant, la nouvelle tour possède alors 12 cloches. On raconte que son carillon était le plus apprécié de la ville.
Avec la Révolution, l'église, devenue Bien National, est vendue comme carrière de pierres en 1797. Une clause de l'acte de vente interdit la démolition du clocher: la tour est ainsi sauvée de la destruction. Elle est alors occupée par un fabricant de plombs de chasse: ses 54 mètres de haut permettent aux gouttes de plomb de refroidir et de former des billes à l'arrivée. L'activité provoque au moins deux incendies. Arraché, abîmé, le vieux clocher parvient à l'aube du XIXème siècle en très mauvais état.

En 1836, la ville de Paris rachète la tour, encouragée par le discours de François Arago, conseiller général de la Seine. Quelques années plus tard, les travaux engagés par Napoléon III favorisent la restauration de la tour et son embellissement.

Conduite par Théodore Ballu, grand prix de Rome, la restauration prévoit le remplacement des sculptures et ornementations endommagées. Un square est par ailleurs créé à cette occasion, le premier réalisé dans la capitale par l'administration Hassmanienne. En 1862, l'ancien clocher devenu tour ornementale, est classé au titre des Monuments Historiques.

Réservez vos places avec Des Mots et Des Arts!