Teaser capture d e cran 2018 10 12 a  14.51.33 33

   Construit entre 1856 et 1865, l’hôtel particulier de la Païva est le reflet de la vie luxueuse et indépendante de la marquise de Païva. De son véritable nom Thérèse Lachmann, elle fût une célèbre courtisane du Second Empire. 
Un jour assise sur un trottoir avenue des Champs Elysée,  Thérèse Lachmann rêva d’une vie de grande dame des hauts cercles. Quelques années plus tard, sur ce même trottoir s’érige son hôtel particulier : symbole de sa richesse et éloge à la féminité.
   Sa personnalité est indéfectible de l’histoire de son hôtel particulier, et pour cause, elle fût notamment réputée pour être sulfureuse, provocatrice, électrique…
    Le mythe de la marquise de Païva découle des mystères qu’elle à tenu à entretenir autour d’elle et qui ont nourri les affabulations les plus variées sur son existence. Elle s’émancipe peu à peu de son statut de courtisane et s’élève socialement grâce au pianiste Théodore Hertz qui l’introduit dans le milieu des artistes et des écrivains parisiens. Au gré de ses voyages, elle ira à Londres où elle séduit des aristocrates richissimes tels que Lord Stanley.   De retour à Paris, elle est considérablement enrichie.

En 1850, elle devient l’épouse du faux marquis de Païva, un joueur désargenté et conquière ainsi un précieux titre de noblesse. Mais elle s’en sépare très vite et tombe amoureuse d’un jeune comte prussien, Guido Henckel von Donnersmarck, héritier des mines de fer de Silésie et seconde fortune de Prusse. Ses connaissances et les cercles qu’elle parvient à intégrer lui permettent de rencontrer de grands noms d’artistes de l’époque. L’un d’eux marquera son histoire : Pierre Manguin, architecte de renom. La marquise lui demandera de construire un somptueuse hôtel avenue des Champs-Élysée.

Dix ans plus tard, en 1866 l’hôtel est inauguré.  Et pour cause, les travaux de ce monument, aujourd’hui historique, sont égaux à ceux de la construction de l’Opéra Garnier ! 
Elle y reçoit des écrivains célèbres, dont son plus fidèle ami, Théophile Gautier, les frères Goncourt mais aussi des musiciens, des artistes.  Dans ce lieu mythique se produisent de grandes fêtes dont tout le monde parle sous le Second Empire. 

 
  Aujourd’hui peu connu, cet hôtel particulier est l’un des plus beaux trésor caché et méconnu du grand publique. Les rares privilégiés qui peuvent visiter ce monument se comptent au nombre de 200 par année environ. Des mots et des Arts vous en propose la visite guidée, détaillée et exclusive, alors ne tardez plus à pénétrer l’univers fastueux de la marquise de Païva !