La cité utopique d'Ilya et Emilia Kabakov

Teaser monumenta

Le saviez-vous?

Monumenta est une exposition annuelle qui prend place au Grand-Palais depuis 2007. C'est l'occasion de mettre sur le devant de la scène un artiste d'honneur à l'envergure internationale. Celui-ci a alors toute liberté pour envahir et revisiter la Nef du Grand-Palais.et son imposante verrière de 13 500 m² et de 35 mètres de haut. Les années précédente, les artistes Aselm Kiefer, Richard Serra, Christian Biltaski, Anish Kappor et Daniel Buren ont accepté de relever ce défi. 

Depuis le 10 mai dernier, le couple d'origine russe Ilya et Emilia Kabakov confrontent le public à une ville utopique qu'ils ont imaginée. Les artistes s'expriment en ces termes: "l'étrange cité, c'est insister sur l'expérience plutôt que sur la forme du projet, en vous demandant de ralentir votre course dans la vie réelle, et de faire appel à vos émotions, vos sens, vos souvenirs. Nous vous invitons à venir au Grand-Palais pour entrer dans l'étrange cité, un espace onirique issu de l'imaginaire collectif, à penser et à réfléchir sur l'art, la culture, la vie quotidienne, notre présent et notre futur".

L'étrange cité se réfère aussi bien à la Renaissance, qu'au romantisme ou à la science moderne. Elle englobe huit vastes constructions au cœur desquelles le visiteur est invité à déambuler et à se recueillir. C'est avant tout une expérience sensorielle que le public appréhende dans un monde singulier. 
Un grande coupole a été installée au nord de la Nef. Elle renvoie des variation de couleurs et de lumières qui dirigent le visiteur vers une porte qu'il est  invité à franchir. Se découvre alors un espace labyrinthique encerclé d'une double enceinte. Cinq constructions étranges aux noms mystérieux s'élèvent: "le Musée vide", "Manas", "Le Centre de l'énergie cosmique", "Comment rencontrer un ange?" et "Les Portes". Enfin, à l'extérieur, deux édifices terminent la visite: "La Chapelle blanche" et "La Chapelle obscure". 

Que trouve-t-on au juste dans l'étrange cité? Des peintures, des objets et des maquettes insolites imaginés par les Kabakov. 
Pour le commissaire de l'exposition Jean-Hubert Martin, l'installation "traite des aspirations de l'homme, de sa quête d'un au-delà, d'une métaphysique. Cette métaphore de la vie et de son mystère se transmet par les sens et non par le langage". 

Venez découvrir l'étrange cité des Kabakov avec Des Mots et Des Arts, le dépaysement est garanti!