Découvrez les nouvelles visites guidées du mois de mars !

Teaser pantheon face min

Ce mois-ci nous lançons de nouvelles balades et nous vous ferons aussi découvrir de nouvelles expositions au Musée Jacquemart André et au musée de l’Orangerie !




La nouveauté du mois : Balade autour du Gros Caillou !


Assez méconnu, le Gros-Caillou est logé entre l'Hôtel des Invalides à l'est, le Champ-de-Mars à l'Ouest et la Seine au nord. Ce quartier aujourd'hui aisé n'a pas toujours eu ce visage. Autrefois rural, sa lente urbanisation commence tardivement à la fin du XVIIe siècle. Il tire son nom étonnant d'une pierre aujourd'hui disparue qui aurait marqué la séparation entre les domaines agricoles des abbayes de Saint-Germain-des-Prés et de Sainte-Geneviève. 
L'ancienne Île aux Cygnes, zone inondable à présent englobée dans le Quai Branly, abrita à partir du XVIIIe siècle des activités nuisantes mais indispensables, comme une triperie et un dépôts de bois, puis au XIXe siècle une immense manufacture des tabacs. Le quartier resta donc longtemps une zone ouvrière et industrielle. Il faudra attendre les interventions d'Haussmann et l'influence des expositions universelles de la fin du XIXè siècle pour que la physionomie et la sociologie du quartier prennent leurs couleurs actuelles.Très agréable avec sa vie de quartier et ses nombreux commerces de bouche, le Gros-Caillou abrite aussi quelques uns des plus beaux immeubles art-déco de Paris.  




Visite guidée du Panthéon :

Temple de la Nation ou église de la patronne de Paris ? Comment comprendre un monument qui a tant changé de fonction et de symbolique au cours de son histoire ?Une histoire qui commence avec celle de l’église Sainte Geneviève commandée par Louis XV, suite à un vœu en 1744. Cette église n’est terminée qu’en 1790 et l’année suivante elle devient Panthéon, temple dédié aux grands hommes, à l’occasion de la mort de Mirabeau – qui en est sorti dès 1794. Le monument redevient église avec la restauration de la monarchie et redeviendra Panthéon – définitivement – après la mort de Victor Hugo.Cette visite nous permettra d’aborder l’architecture de l’édifice et les évolutions de celle-ci, les différentes attributions qu’a connu le bâtiment, son programme pictural et sa portée symbolique (réalisé aux balbutiements de la IIIe République) mais aussi de nous interroger sur le concept de panthéonisation.




Visite guidée du Château de Vincennes

Le château de Vincennes est la seule résidence royale médiévale conservée en France. Tout d’abord simple pavillon de chasse, au cœur d’une faste forêt se déployant à l’Est de Paris, Vincennes deviendra au XIVème siècle une des résidences du roi de France, et restera au centre de la vie de la monarchie française jusqu’au XVIIème siècle.   
Nous sommes en 1364, lorsque Charles V décide de faire moderniser et agrandir Vincennes pour en faire une forteresse massive et une résidence royale importante qui sera très appréciée de ses successeurs. L’édifice concile les impératifs de sécurité militaire, le confort d’une résidence de plaisance et l’apparat d’un palais royal. 
Au cœur du château, un incroyable savoir-faire est déployé pour bâtir le nouveau symbole du pouvoir royal, le donjon le plus élevé d’Europe, surplombant la capitale du royaume de France. Depuis la terrasse qui était alors bardée de machines de guerre, on apercevait la forêt royale, et au loin les toits d’une ville en pleine mutation, d’où surgissaient les tours de la cathédrale Notre-Dame.



Les Nouvelles expos du moment :


Hammershøi, le maître de la peinture danoise au Musée Jacquemart-André

Vilhelm Hammershøi (1864-1916) est un artiste danois originaire de Copenhague. Artiste peintre, ses tableaux fascinent car ils représentent des intérieurs vides et gris dans lesquels figurent des silhouettes souvent de dos. Ils reflètent son caractère peu sociable et taciturne et témoignent d’une atmosphère mystérieuse et irréaliste. Des portraits aux nus, sans oublier les paysages et la série des vues d’intérieur, découvrez une quarantaine d’œuvres emplies de mystère et de poésie. Au sein du parcours, le musée confronte les tableaux d’Hammershøi avec les tableaux de ses proches, son frère Svend Hammershøi, son beau-frère Peter Ilsted et son ami Carl Holsøe, pour mieux rendre compte de la singularité et de la solitude de l’artiste.  



L'aventure du Cavalier bleu -Franz Marc et August Macke au Musée de l’Orangerie:


Peintres de la joie, du mouvement et de la couleur, Franz Marc (1880-1916) et August Macke (1887-1914) comptent parmi les plus grands artistes allemands du début du XXe siècle, dont la destinée s’arrête brutalement dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale. Le musée de l’Orangerie leur consacre une première rétrospective en France et ce n’est que justice puisqu’ils ont montré un intérêt commun et précoce pour l’œuvre de Cézanne et Gauguin, ainsi que pour le fauvisme. L’exposition se concentre sur les années fastes et splendides du Blaue Reiter, groupe d’avant-garde munichois mené par Marc et Kandinsky, qui conduira ces peintres expressionnistes jusqu’aux portes de l’abstraction. Organisé en partenariat avec la Neue Galerie de New York, qui est devenue en quelques années un musée de référence pour l’art germanique, l’événement bénéficiera des prêts exceptionnels venant de collections publiques et privées du monde entier.