Un Hôtel particulier du XVIIè siècle à nos jours !

Teaser hotel

  La ville de Paris regorge de monuments cachés, de rues secrètes et de curiosités en tous genres. La capitale historique se construit autour d’une authenticité et d’une identité culturelle forte.  C’est ainsi que plusieurs hôtels particuliers deviennent des bijoux cachés encore dans leur écrin, puis de fil en aiguille, le mystère s’entretient et se développe autour d’un lieu.  
   L’Histoire de l’hôtel de Lauzun est imprécise. Construit entre 1650 et 1658, dans la plus grande discrétion, c’est un décor commun de la période classique imitant les goûts du Roi Soleil. Cette construction secrète nous fait aujourd’hui défaut…Les informations qui ont trait à la conception de l’hôtel sont imprécises. Tellement imprécises que le nom de l’architecte ne peut être affirmé avec certitude. On soupçonne même que plusieurs architectes auraient travaillé sur le projet.  

Mais pourquoi « Hôtel de Lauzun » ?  
   
Il tire son nom et son titre d’un de ses propriétaires : le duc de Lauzun en devient le propriétaire de en 1682 jusqu’en 1685. Seulement trois années ! Et pourtant, malgré cette courte période, c’est à lui qu’on emprunte le nom afin de nommer le lieu. Une des hypothèses estime que ce serait parce que le duc de Lauzun marque les esprits de son temps. À l’image de l’hôtel, c’est un personnage méconnu car il n’a aucune véritable portée historique. Pourtant, ce duc à une place de choix à la cour de Louis XIV : c’est le favori du Roi. C’est un sensationnaliste réputé pour ses moeurs légères et ses nombreuses frasques.  
  Pourtant, ce n’est pas la seule appellation de ce lieu mythique ! En effet, on retrouve également des textes où l’hôtel est surnommé « hôtel de Pimodan ».  
 
  Ce lieu se forge une réputation au fil des siècles de par ses locataires autrement que par ses propriétaires. En effet, au XIXè, le bâtiment voit se succéder un grand nombre de propriétaires qui laissent l’immeuble au soin des résidents de passage.  Parmi eux, Théophile Gautier et Charles Baudelaire notamment. Deux écrivains populaires qui font parti du club des Hashischins dont les soirées « fantasias » se déroulent dans cet hôtel…         
Théophile Gautier écrit d’ailleurs à ce sujet :  « J’arrivai dans un quartier lointain, espèce d’oasis de solitude au milieu de Paris, que le fleuve, en l’entourant de ses deux bras, semble défendre contre les empiétements de la civilisation, car c’était dans une vieille maison de L’Île Saint-Louis, l’hôtel Pimodan, bâti par Lauzun, que le club bizarre dont je faisais partie depuis peu tenait ses séances mensuelles, où j’allais assister pour la première fois…(…) Le perron franchi, je me trouvai au bas d’un de ces immenses escaliers comme on les construisait du temps de Louis XIV, et dans lesquels une maison moderne danserait à l’aise. » 
  
  Son aspect historique est certes, fort intéressant mais n’est pourtant pas ce qui frappe quiconque en franchirait le seuil.. Visuellement c'est un tout autre monde qui attire l'oeil du visiteur. En effet, construit au XVIIè siècle, ce sont les décors et l’architecture de l’époque classique qui trônent en maître dans cet édifice. Les murs et plafonds sont recouverts de d'oeuvres picturales aux tons nuancés et aux lignes parfaites : des peintures caractéristique du classicisme du XVIIè siècle. Outre cela, la décoration se veut fastueuse et digne d’une mise en scène théâtrale : les pièces recouvertes de feuilles d’or, de matières précieuses et de mobilier style Louis XIV permettent un véritable bond en arrière dans l’univers du XVIIè siècle. Il est rare de pouvoir visiter des lieux aussi insolites et uniques. D’autant plus quand ces lieux sont d’une qualité de conservation inouïe…  

Aujourd’hui, l’hôtel accueille l’IEA, une association de chercheurs en sciences humaines venus d'un peu partout dans le monde. Ils sont logés dans une partie privatisée du bâtiment et y sont installés pour une période déterminée. Cela ne nous empêche tout de même pas de visiter une partie de l’édifice : les pièces principales, à savoir la chambre, le salon, la salle à manger, le dressing…etc.  
Grégory TEILLET, notre expert en Histoire et gestion du patrimoine culturel propose une visite condensée de ce fastueux en hôtel et permet au visiteur d’en saisir l’essence !  

Teillet