Quartier phare de Paris, le Marais est historiquement marqué par une présence juive. Comment cette présence a-t-elle évolué au fil des siècles ? Quels monuments attestent de cette présence ? Découvrez avec nous ce quartier riche d’histoire !

Teaser p7070407   copie min

Si le centre culturel juif du Marais est actuellement proche de la rue des Rosiers et de Saint-Paul, les traces écrites attestent d’une présence juive plutôt proche des bords de la Seine et de l’île de la Cité au IVème siècle. En effet, le Marais est alors…marécageux, et les habitations sont rares dans la zone que nous connaissons actuellement.

Au Moyen-Age, les juifs exercent un nombre limité de fonctions, puisque la plupart des métiers exigeaient de jurer sur le Nouveau Testament, texte chrétien : ils sont alors nombreux à se tourner vers les métiers non-accessibles aux chrétiens, notamment ceux de prêteur-sur-gage. La population est également regroupée en juiveries, quartiers juifs qui se formaient souvent naturellement, contrairement aux ghettos où la présence juive est contrainte. La population juive fait néanmoins à l’époque l’objet de mesures discriminatoires, plus ou moins marquées selon les monarchies : les juifs doivent porter des signes distinctifs (rouelles, cornes…), sont expulsés de Paris puis rappelés sous un même règne (celui de Philippe Auguste), et des autodafés du Talmud sont organisés sous Saint-Louis.

Le Marais connaît plusieurs fortes vagues d’immigration. La première a lieu à partir de 1791, après le vote de la loi pour la liberté de culte qui attire de nombreux juifs persécutés. De même, à partir des années 1880, les Juifs d’Europe de l’Est menacés par les pogroms affluent vers le Marais. Quartier d’immigrés, le Marais est alors un quartier pauvre, et accueille ainsi plusieurs associations de bonne œuvres, comme l’association de la famille Rothschild.

Le Marais est enfin marqué par la Seconde Guerre Mondiale : l’ilôt 16, rue Grenier sur l’eau, est particulièrement touché par les rafles et les spoiliations d’appartements. Le mémorial de la Shoah, rue Geoffroy l’Asnier, commémore ces épisodes. A la suite de la guerre, la population juive dans le quartier devient essentiellement séfarade, en raison de vagues d’immigration post-seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui, le Marais est un quartier animé, présentant de nombreuses boutiques typiques et une synagogue d’Hector Guimard étonnante, à découvrir lors de notre visite guidée !